Association Santé sidi el houari

Une école de la citoyenneté

25 années d’actions !

SDH, est une association tournée vers l’Avenir, dans l’action ! Elle a maintenant 25 ans, 25 ans d’engagement de milliers de citoyens surtout jeunes qui ont donné des milliers de journées de volontariat. SDH est née au lendemain de l’ouverture démocratique d’octobre 1988 qui a fait tomber les anciens repères de la vie sociale et politique et ouvert l’expression associative. Etions-nous prêts à cette situation ?

Les avis sont partagés, des événements tragiques ont suivi et donné un coup d’arrêt brutal au processus et provoqué un torrent de violences et de destructions. Et pourtant, c’est sur ce terreau que s’est déployée en 1996 notre association naissante car des forces vives et patriotiques ont permis de résister à la régression et d’en inverser le sens. Notamment, parmi les jeunes et les femmes qui ont joué un rôle significatif. Aujourd’hui, et c’est le plus important, des pas fabuleux ont été faits par la société civile, à peine imaginables hier, contribuant ainsi à la stabilité sociale et au développement. Des citoyens de bonne volonté se sont regroupés au sein de SDH, pour donner le meilleur d’eux-mêmes, leur temps, leur intelligence et leur passion. Qu’il en soit remercié ! Ils ont porté l’idée, l’ont fait voyager à travers le temps, en l’enrichissant à chaque pas franchi. Et d’autres, à chaque fois, ont pris le relais y apportant aussi leur force et leur sensibilité personnelle. Depuis, des centaines de bénévoles ont apporté leur touche ! Nous ne les oublierons pas, qu’ils en soient assurés. Ils ont contribué à faire de « SDH », comme on dit maintenant, une association au sein de laquelle « Droit rime avec Devoir ». Les adhérents y apprennent à donner de leur temps, de leur compétence et de leur énergie sans rien attendre de récompense matérielle en retour que l’amitié, la solidarité et la découverte du sentiment de se sentir utiles ensembles.

L’association Santé Sidi El Houari, parce que composée majoritairement de jeunes, est naturellement tournée vers les jeunes, elle est construite par eux et pour eux. Chacun donne ce qu’il peut, ce qu’il veut aussi, sans compter. Les différences, de sexe, de race, de conviction religieuse ou politique ne peuvent être des causes de divergence mais autant de richesses puisées dans les identités plurielles de chacun partagées avec tous. Chacune, chacun prend ce qui l’intéresse et donne en fonction de ce qu’il ou elle ressent. Les sentiments positifs et chaleureux, la solidarité sont cultivés et tout cela est mis au service de notre culture profondément algérienne et des multiples héritages historiques de notre histoire. SDH est une école d’apprentissage pour protéger et valoriser le bien public menacé aujourd’hui et donner l’occasion à chacun, de construire son rapport citoyen au patrimoine national et universel, naturel et culturel sans lequel notre jeunesse serait privée d’une dimension vitale pour son devenir.

Aujourd’hui, à partir d’un site en ruine, cette jeunesse a édifié : Une école de formation professionnelle qui a formé et inséré dans les chantiers des centaines de jeunes. Un Pôle socioculturel qui a permis à des centaines de jeunes de tous les âges de connaitre l’animation et l’éducation à la citoyenneté. Un Centre de Ressources Inter associatif pour renforcer les capacités des membres de SDH et d’un vaste réseau d’associations amies.

En chiffres, ce sont :Des rendez-vous périodiques : 16 chantiers culturels ; 13 mois du patrimoine ; 2 colloques métiers traditionnels ; 2 foires aux métiers.

Des volontariats d’utilité publique :

• Des milliers de journées de volontariat.

• Près de 2200 tonnes de déchets et détritus collectés et évacués du site des bains et de l’hôpital du Campement.

• 6000 m2 d’un espace patrimonial sauvegardé et protégé des prédateurs et pilleurs.

• 1200 m2 de surface bâtie réhabilités et réutilisées comme école chantier et pôle socioculturel.

• 370 volontaires étrangers de 19 nationalités associés.

Plus de 600 bénévoles et de cadres associatifs formés :

• patrimoine et de l’environnement.

• GCP, gestion associative, communication associative.

• Techniques audio visuelles et TIC. • Animation socioculturelle.

• Insertion et employabilité IDMAJ. 470 jeunes de 16 à 20 formés à un métier traditionnel du patrimoine bâti. 260 jeunes insérés dans une entreprise ou chez un artisan.

85 000 jeunes bénéficiaires d’action d’animation de proximité sur :

• L’écocitoyenneté et protection du patrimoine naturel (2009).

• Le patrimoine matériel et immatériel (2011).

• La prévention du VIH/SIDA avec le collectif associatif « Oran stoppe le SIDA ».

• L’animation socioculturelle de quartiers. 50 étudiants étrangers accueillis en stage dans notre association.

10 films réalisés sur :

1. Les métiers traditionnels.

2. Le rôle de la femme dans le développement rural.

3. La prévention du VIH SIDA et la stigmatisation.

4. L’interculturalité Oran Bordeaux.

5. Le patrimoine matériel et immatériel de Sidi El Houari.

6. Le rôle des jeunes comme acteurs de l’inclusion sociale et économique.

Cinq études et manuels réalisés :

• Une étude socio anthropologique sur la situation des femmes rurales dans la wilaya d’Oran (2007).

• Un guide du pair éducateur pour la protection de l’environnement et la biodiversité (2009).

• Le guide du stagiaire pour l’insertion socioprofessionnelle (2005).

• L’histoire de la région d’Oran de la préhistoire à nos jours (2011).

• Une étude de la vulnérabilité des jeunes de 10 à 19 ans dans les quartiers de Raz El Ain, Es Snaoubeurs (Planteurs) et Sidi El Houari.Tout ce travail représente une contribution concrète et réelle au développement économique, social et culturel.

C’est une forme de travail communautaire et social, tourné vers des objectifs concrets, œuvrant à la fondation de l’école de la citoyenneté que nous appelons de tous nos vœux et une voie pour tous vers le progrès. Merci de m’avoir écouté,Vive la jeunesse Vive SDH Vive Oran Vive l’Algérie Vive l’amitié entre les peuples !

Discours prononcer par Le président : Kamel Bereksi le 1er Mai 2016 au gala du 25eme anniversaire au théâtre régional d’Oran.